information et ressources psychologiques pour étudiants

Résilience COVID

Un site d'informations et de ressources psychologiques pour étudiants de l'Université de Lille.

Bonjour et bienvenue sur le site de ressources Résilience COVID !

Quels sont les risques psychologiques liés au confinement ?

  • Les réactions psychologiques et comportementales les plus courantes sont les réactions de détresse (insomnie, anxiété, perception d’insécurité, colère, recherche de boucs émissaires et recours accru aux dispositifs de santé par crainte de la maladie) et des comportements à risque pour la santé (consommation accrue d'alcool et de tabac, isolement social, augmentation des conflits familiaux et des comportements violents).
  • Les enfants et les adolescents peuvent également être en détresse, ce qui peut se manifester par des troubles du comportement, un isolement social ou des difficultés cognitives (concentration, impulsivité…).

Pour prévenir ces risques et faire face à la situation de confinement, nous proposons :

 

- Six recommandations

  1. Reconnaître ses pensées et ses émotions
  2. Se centrer sur ce dont on a le contrôle
  3. Se recentrer sur son corps et ses ressentis
  4. Identifier ses ressources
  5. Identifier ses valeurs
  6. S'engager dans ses valeurs

Chaque recommandation est détaillée et accompagnée d'une liste de moyens à mettre en place pour mieux vivre le confinement et pour se préparer à la reprise des activités en sortie de confinement

 

- Des exercices quotidiens centrés sur les capacités de résilience

Chaque jour, nous vous présenterons un ou plusieurs exercices pour améliorer vos capacités pour faire face aux situations de stress et pour repérer et utiliser les ressources à disposition

 

 

- Des réponses aux questions que les étudiants se posent sur leur vécu durant le confinement

Nous répondrons à un ensemble de questions concernant le confinement et ses effets d’un point de vue scientifique et psychologique

L’équipe universitaire du Master de Psychopathologie et de Psychologie de la Santé et les chercheurs du Laboratoire de Sciences Cognitives et Affectives (UMR-CNRS 9193, Université de Lille) vont se relayer durant le temps du confinement pour proposer des exercices quotidiens et des points réguliers sur les questions qui se posent aux étudiants. Transmettez-nous vos questions !

 


 

1. Reconnaître ses pensées et ses émotions

 Lorsque nous sommes confrontés à une crise, nous nous mettons à penser différemment et nous ressentons de nouvelles émotions. Notre corps réagit, nous avons des pensées qui reviennent sans toujours savoir à quoi elles correspondent.

1. J'observe mes émotions
Prenez la position d'un scientifique curieux, en observant sans jugement et avec bienveillance, ce qui se passe dans votre monde intérieur.
Pendant que vous faites cela, il est souvent utile de mettre des mots sur ce qui se passe et de vous dire en silence quelque chose comme "Je remarque de l'anxiété", ou "Voilà du chagrin", ou "Voilà mon esprit qui s'inquiète" ou "J'ai un sentiment de tristesse" ou "J’ai peur de tomber malade".

 

 

 

 

 

 

 

2. J'associe mes émotions à mes besoins
Plus vous porterez attention à votre météo intérieure, plus vous serez capable d’identifier les besoins associés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Se centrer sur ce dont on a le contrôle

Les peurs et l’anxiété sont inévitables !

Lorsque nous sommes confrontés à une crise, quelle qu'elle soit, la peur et l'anxiété sont inévitables ; ce sont des réactions normales et naturelles à des situations difficiles, empreintes de danger et d'incertitude.

Il est facile de se perdre dans des inquiétudes et des ruminations sur toutes sortes de choses qui sont hors de votre contrôle : ce qui pourrait arriver dans le futur, comment le virus pourrait vous affecter ou affecter vos proches ou votre communauté, ou votre pays, ou le monde - et ce qui se passera alors - et ainsi de suite.

 La chose la plus utile que l'on puisse faire dans n'importe quel type de crise est de se concentrer sur ce qui est sous votre contrôle. Vous ne pouvez pas contrôler ce qui se passera à l'avenir. Vous ne pouvez pas contrôler le Coronavirus, l'économie mondiale ou comment votre gouvernement gère la crise. Et vous ne pouvez pas contrôler vos sentiments par magie, en éliminant toute cette peur et cette anxiété parfaitement naturelles. Mais vous pouvez contrôler ce que vous faites - ici et maintenant !

 

 

3. Se recentrer sur son corps et ses ressentis

Reconnaitre ses émotions est important mais il ne faut pas négliger que les émotions sont incarnées, qu'elles sont connectées à notre corps. Nos ressentis sont tout autant dans la tête que dans le corps.



Notre corps nous informe de ce que nous vivons et il s’agit de l’écouter.

On essaiera de ne pas chercher à nous détourner, à nous échapper, à éviter de voir/ressentir ce qui se passe dans notre monde intérieur et donc notre corps

Le confinement est un temps, peut-être suspendu pour une partie de nos projets, mais dont on peut se saisir pour mieux se connaitre, pour redécouvrir et mieux respecter les rythmes de notre corps.

 

 

 

4. Identifier ses ressources

S’informer sérieusement

Trouver une source d'information fiable et digne de confiance pour obtenir des mises à jour sur la crise et des lignes directrices

Mais s’informer à des moments précis de la journée et éviter la sur-information qui est un accélérateur du stress

Identifier ses aides

Faire la liste des sources de soutien et de conseil : des amis, de la famille, des voisins, des professionnels de la santé et des services d'urgence.

Rester présent sur vos réseaux sociaux

Cultiver les liens avec ses proches, ses amis, ses camarades

Se faire un répertoire de numéros utiles

S'assurer de connaître les numéros de téléphone des assistances téléphoniques d'urgence, y compris une aide psychologique si nécessaire.

Penser à parcourir notre page Ressources

Et si vous êtes en mesure d'offrir un soutien aux autres, faites-le leur savoir !

Vous pouvez être une ressource pour les autres, tout comme ils peuvent l'être pour vous.

 

 

5. Identifier ses valeurs

Les valeurs sont les directions qui guident nos actions, une sorte de “boussole interne” qui donne des repères et une motivation.

Une première façon de les identifier est de sélectionner des mots clés qui font écho à sa personnalité.

 

Une autre façon consiste à repérer les actions, les gestes même simples, qui ont du sens dans son parcours de vie.

Ce sont ces activités, au travers desquelles on se sent grandir et épanoui, qui peuvent guider les choix de vie à venir.

Le confinement est un moment unique au travers duquel il est possible de prendre le temps de se recentrer sur ses valeurs.

 

6. S'engager dans ses valeurs


Identifier ses valeurs ou ses directions est une étape importante, mais encore faut-il avancer désormais !

Une action engagée signifie une action efficace, guidée par nos valeurs fondamentales ; une action que nous entreprenons parce qu'elle est vraiment importante pour nous.

Cela implique parfois de quitter sa zone de confort, de faire face à des pensées et des sentiments difficiles.

Comment passer à l'action engagée ? Par exemple, posez-vous la question suivante : "Que puis-je faire maintenant, pour améliorer ma vie, celle des autres ou des membres de ma communauté (action aussi modeste soit-elle) ?

Et quelle que soit la réponse, faites-le et engagez-vous pleinement.